18.2 C
Genève
lundi, avril 15, 2024

Colombie: Dynamiser le tourisme pour créer des emplois

La Colombie prévoit d’utiliser une partie des dividendes de la paix pour dynamiser son secteur touristique qui a souffert pendant des décennies de conflit.

Capitale mondiale autoproclamée de la salsa, Cali bouge au rythme entraînant de la musique qu’on entend à chaque coin de rue, dans tous les bars et dans tous les taxis. Pour les passionnés de musique et de danse, c’est un attrait majeur de la troisième plus grande ville de Colombie.

Maintenant que le processus de paix a mis fin à un demi-siècle de conflit armé, Cali cherche à dynamiser son potentiel touristique pour créer les emplois et le développement économique qui font tant défaut. Selon une étude de l’OIT  qui analyse les perspectives de création d’emplois décents de la ville dans le secteur du tourisme, la salsa a un important rôle à jouer dans cette entreprise.
Le principal défi est de renforcer la chaîne de valeur du tourisme à Cali, ce qui veut dire améliorer la compétitivité.

« Le tourisme est un secteur dynamique … qui offre des emplois aux catégories les plus vulnérables de la société, comme les jeunes et les femmes. » John Bliek, spécialiste de l’OIT

L’étude indique que les attractions naturelles et culturelles, comme la salsa, l’art et la nourriture – la région est célèbre pour sa soupe de poulet, sancocho de gallina –, les parcs et lices paysages ruraux, les activités sportives et d’aventure, peuvent être les piliers du développement de Cali comme destination touristique.

Le rapport recommande de capitaliser sur la salsa comme icône du tourisme, mais il précise aussi que le renforcement de la sécurité et la promotion active du tourisme sont indispensables pour attirer davantage de visiteurs à Cali, qui est aussi un point de départ connu pour les visites des plantations de café et des villages pittoresques qui se trouvent à proximité, dans la région de Valle del Cauca.

« Le rapport de l’OIT tire des conclusions très claires sur la façon de promouvoir le tourisme dans cette ville », déclare Julián Felipe Franco, Secrétaire au tourisme du département de Valle del Cauca, dont Cali est la capitale.

M. Franco souligne que le processus de paix colombien a permis une hausse de 10% à 12% du nombre de touristes qui visitent Cali ces dernières années, dont 200’000 touristes venus de l’étranger par an. Il indique que les autorités espèrent doubler le nombre de visiteurs étrangers au cours des deux prochaines années, bien qu’il soit d’accord avec le rapport de l’OIT selon lequel davantage doit être fait pour que la ville figure sur la carte du tourisme international.

Le spécialiste de l’OIT, John Bliek, qui a coordonné l’étude, affirme que le tourisme recèle un fort potentiel de création d’emplois, plus nombreux et de meilleure qualité, à Cali et dans le reste du département. La création d’emplois, surtout pour les jeunes et dans les zones rurales, est considérée comme une étape importante pour panser les blessures causées par des décennies de conflit.

« Le tourisme est un secteur dynamique, en plein essor dans de nombreuses régions du monde, et qui offre des emplois aux catégories les plus vulnérables de la société, comme les jeunes et les femmes. C’est aussi une solution pour les familles des zones rurales, une activité secondaire importante qui représente un revenu supplémentaire, au côté des activités agricoles », ajoute M. Bliek.

Le rapport rappelle l’importance de s’assurer que les personnes travaillant dans le secteur ont accès à une formation adéquate: les entreprises touristiques dotées d’une main-d’œuvre qualifiée seront en meilleure position pour innover et améliorer leur offre – ce qui aura pour conséquence d’attirer davantage de visiteurs. Il met aussi l’accent sur une pénurie de guides capables de partager leur connaissance des richesses naturelles et culturelles de la région.

L’étude de l’OIT a aussi relevé la nécessité pour les acteurs concernés de mener une action concertée afin de promouvoir Cali en tant que destination touristique, dans le cadre d’activités communes et avec la participation des communautés locales.

Pour sa part, le tour opérateur privé Mauricio Novoa pense que Cali devrait vanter ses atouts. « La salsa, par exemple, exprime un rythme et un style de vie qui font partie intégrante de la culture et du dynamisme économique que l’on respire ici. Nous devons l’utiliser pour nous distinguer du reste du monde. »